IMG 9419-640x379

Le thé d’Aubrac ou Calament à grandes fleurs : une plante de notre territoire

Petite plante poussant spontanément dans les sous-bois des forêts de hêtre de l’Aubrac, discrète et peu visible elle possède toutefois un parfum subtil mais prononcé.  Présente seulement à partir de 1000m d’altitude, elle a besoin d’ombre et de fraicheur pour se développer. Le thé d’Aubrac n’est pas une plante rare au sens botanique mais elle est exigeante et ne pousse que là où on retrouve des conditions de milieu très spécifique : sol volcanique, hêtraie, altitude. On la trouve donc depuis toujours sur le plateau de l’Aubrac mais quelques autres montagnes de France ou d’Europe peuvent également l’héberger.

Le thé d’Aubrac : une plante au parfum subtil

Le parfum du thé d’Aubrac s’exhale dès que ses feuilles sont effleurées. Les notes florales composées de senteurs mélangées de mélisse ou de menthe restent sur les mains qui la touchent. Peu connue cette odeur est pourtant forte et persistante et va donner lieu à des utilisations variées pour valoriser cette fragrance peu commune.

Le Thé d’Aubrac : une plante depuis longtemps consommé

Si la plante est restée peu connue partout en France c’est bien exclusivement sur le plateau de l’Aubrac qu’elle a toujours été utilisée. Sa présence dans les forêts a permis aux habitants de ce pays de la connaître et de l’utiliser et ce, depuis des générations. Il y a toujours une grand-mère qui faisait de la tisane de thé d’Aubrac pour faire passer un bon repas ou pour mieux dormir…Plante aux vertus digestives elle a donc été traditionnellement consommé en tisane. Son parfum prononcé aux notes mentholées, présentant une légère amertume souvent associée à la rudesse de son mode de vie complétée par  une couleur ambrée lui ont donné ce nom de thé d’aubrac, le thé d’ici. Rien à voir cependant avec la vraie plante produisant le thé : le thé d’aubrac ne possède pas de théine, au contraire son utilisation est recommandée pour détendre  et relaxer